Darkest Dungeon

  • Developpeur: Red Hook Studios
  • Editeur: Red Hook Studios
  • Type: Rogue-like
  • Support: PC
  • Sortie: 2015

Dans le même genre :

  • FTL

Darkest Dungeons

En accès anticipé depuis début février, Darkest Dungeon semble avoir le vent en poupe. Parfois comparé à l’excellentissime FTL, est-ce que le titre de Red Hook Studios a de quoi vous procurer des heures de fun et…de douleur ?

Vous êtes le descendant d’une riche et illustre famille possédant un vaste domaine. Malheureusement, votre prédécesseur a creusé trop profond dans les fondations de votre résidence et a ouvert un portail très lovecraftien, libérant le mal et la corruption sur toute la région.

Il vous incombe maintenant  de combattre ses forces maléfiques et reprendre possession de votre domaine. Mais plutôt que de s’atteler à cette lourde tâche vous-même,  pourquoi ne pas faire appel aux nombreux mercenaires avides de gloire et d’argent qui débarquent chaque jour dans votre ville ?

Darkest Dungeon Screenshot 08

Autant le dire tout net : Darkest Dungeon  va vous en faire baver. Et on ne lui en voudra pas, le rogue-like étant un genre qui cultive ce savant mélange entre plaisir et frustration. Dès l’introduction, on tombe sous le charme du soft grâce à une direction artistique de qualité.

Tout en 2D, le soft possède une vraie identité visuelle qui comblera de plaisir les fans de Lovecraft. Il est vrai qu’on retrouve l’ambiance sombre de l’écrivain de Salem, où le chaos et le désespoir  suinte de chaque mur, de chaque recoin et de chaque brique. Le design des personnages, lui, se targue d’un coup de crayon ressemblant à celui de Mike Mignola, le papa de Hellboy. Vous l’aurez compris, la direction artistique, aux petits oignons, fait partie des points forts de Darkest Dungeon.

Mais comme toujours, il faut regarder plus loin que les graphismes pour seDarkest Dungeon Screenshot 10 faire une vraie idée d’un jeu. Dans Darkest Dungeon, votre but sera de reconquérir votre domaine, en arpentant plusieurs donjons en quête d’or, de loot et de têtes à trancher.

Pour ce faire, vous devrez vous composer une équipe  de 4 mercenaires qui ira au turbin pour vous. 10 classes sont pour le moment disponibles (on nous en promet 15 pour la version finale) allant du croisé au voleur, en passant par le chasseur de prime, la barbare ou encore l’occultiste. Chacune des classes possède des compétences propres et des traits de personnalité (positifs et négatifs) totalement aléatoires mais, surtout,  une place favorite dans le roster.

Darkest Dungeon Screenshot 02

Le système de combat tourne en effet autour de la position que chaque combattant, ami ou ennemi, occupe dans le groupe. Dans notre petite troupe, la 1ère place se trouve à droite et la dernière tout à gauche (même chose en inversé pour les ennemis) et chaque sort  ne peut être lancé que depuis une ou plusieurs positions et n’affecter que certaines cibles.

Un exemple pour illustrer : notre voleur (ici appelé Highwayman) ne peut utiliser son « Tir à bout portant » que depuis la première place du groupe et ne touchera que la première cible du groupe adverse. Cette compétence aura en plus pour effet de faire reculer notre fufu d’une place dans la troupe, l’empêchant, de fait, de relancer son Tir au prochain tour.

Pas besoin d’être fin stratège pour comprendre que la gestion des positions dans le groupe se révèle primordiale et les compétences permettant d’influer dessus, des outils dévastateurs.

Darkest Dungeon Screenshot 09

Néanmoins,  votre sens de la stratégie ne sera pas toujours suffisant pour triompher : il vous faudra aussi un peu de chance. Et là, on touche à la fois au point fort et au point faible de Darkest Dungeon : la RNG (pour Random Number Generator).

Chaque chose dans le jeu (et dans beaucoup de rogue-like) est soumis à la RNG, un dispositif qui « simule » l’aléatoire. Le souci dans Darkest Dungeon tient au fait que la RNG semble parfois capricieuse : 4 attaques lancées qui tapent à côté ou au contraire, l’ennemi qui enchaîne plusieurs coups critiques à la suite sans raison apparente. Bref, la notion d’aléatoire semble parfois un peu bancale. En plus de la RNG, le stress fera partie de vos ennemis mortels.

Darkest Dungeon Screenshot 03Car arpenter de sombres couloirs peuplés de montres hideux, ça peut se révéler très éprouvant pour les nerfs.  Chacun de vos héros possède, en plus de sa barre de vie, une barre de stress qui se remplit au fur et à mesure de son avancée dans le donjon. Et autant dire qu’elle se remplit très vite : l’obscurité, les obstacles sur le chemin, les pièges, les dégâts, vos propres compagnons, etc. Autant de facteurs qui feront stresser vos personnages. Une fois la fameuse  barre remplie, la résolution de votre personnage se retrouve testée et là, jet de dés : soit il reprendra du poil de la bête et recevra un buff, soit il craquera complètement et sera affligé d’une affliction. Et la plupart sont handicapantes pour votre aventure alors préparez-vous à déguster!

Darkest Dungeon Screenshot 04

Un autre facteur à prendre en compte est la lumière. Arpenter des donjons sombres se fait à l’ombre d’une torche et il incombera au joueur de gérer la lumière qui éclairera son chemin. Si elle est forte, vous aurez moins de chances de tomber sur des monstres. A l’inverse, si la luminosité diminue, vous courez le risque de rencontrer des monstres plus puissants mais généreux en loot. Un équilibre subtil avec lequel le joueur devra jongler.

Que faire pour ne pas stresser ? Camper et utiliser les compétences dédiées, faire des coups critiques, tuer certains adversaires ou alors retourner en ville.

La ville sert ici de Hub où vous pourrez dépenser votre or et vos ressources pour améliorer votre équipement et vos compétences, recruter de nouveaux héros, soigner leurs traits négatifs et, comme dit plus haut, faire lâcher du lest à vos protégés. Vous pourrez les envoyer à la taverne pour boire un coup, aller au bordel ou encore à l’église pour une séance de prière (ou de flagellations) afin de faire diminuer leurs barres de stress. Mais dans Darkest Dungeon, tout se révèle à double-tranchant.

Darkest Dungeon Screenshot 05

Envoyez par exemple votre croisé à l’église pour prier : il décompressera mais vous aurez une chance qu’il soit pris d’une vision sacrée et parte en pèlerinage-surprise, devenant indisponible pendant un certain temps. Votre chasseur de prime se relaxe à la taverne en se rinçant le gosier mais, pas de bol, il a trop bu et voit double (diminuant sa précision au combat). Restera également  le choix ultime : virer votre personnage et en recruter un autre. Dans Darkest Dungeon, on ne s’attache pas et les héros ne sont guère plus que de la chair à canon qu’on peut remplacer à notre gré (ou presque).

On ne vous fera pas un dessin, le jeu , malgré son statut de jeu en accès anticipé, est déjà bien dense. Car nous n’avons pas parlé en détail des synergies de classes, des attributs positifs et négatifs, des campements, des interactions avec les objets en donjons, etc. Certes, on pourra lui reprocher sa RNG à géométrie variable, son prix (20 euros quand même), un certain déséquilibre au niveau des classes et 2-3 petits soucis d’interface mais le titre nous réconcilierait presque avec le concept d’early access, qui nous déçoit tant depuis sa mise en place.

Rempli de bonnes idées, Darkest Dungeon apparaît comme  très prometteur et,  en l’état, offre une expérience de jeu plutôt convaincante qui ira en se bonifiant. On attend de voir les prochaines classes de personnages et les 2 prochains donjons avec impatience !

Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Shovel Knight: Plague of Shadow en approche
Next Final Fantasy X/X-2 HD : date de sortie officielle et bonus de préco

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Le nouveau Guilty Gear met Axl Low à l’honneur en vidéo

14/10/2019
Close